Recettes traditionnelles

Une ville sicilienne interdit les serveurs arrogants des trottoirs

Une ville sicilienne interdit les serveurs arrogants des trottoirs

Les serveurs insistants doivent rester dans leurs propres restaurants, grâce à la nouvelle législation

Une attraction touristique sicilienne a interdit les serveurs insistants de ses trottoirs.

Il n'est pas rare de voir des serveurs dans des destinations touristiques populaires en Italie se tenir devant leurs restaurants, appelant les gens à venir manger. Cependant, une ville de Sicile en a assez des serveurs qui crient et les autorités locales ont interdit aux serveurs de crier sur les trottoirs.

Les serveurs qui appellent les clients depuis le trottoir peuvent faire une grande différence dans les affaires des restaurants des zones touristiques populaires. Pour un voyageur indécis essayant de choisir un endroit pour manger, un serveur sympathique criant "Viens manger ici!" peut faciliter la sélection. Mais il y a une fine frontière entre amical et arrogant, et parfois ils s'emportent.

Selon The Local, en août, il y a eu une énorme bagarre entre deux restaurants rivaux dans la station balnéaire populaire de Taormina, en Sicile. Sept personnes ont été arrêtées et des images montraient des serveurs des deux restaurants se frappant, se donnant des coups de pied et se jetant, tandis que des touristes abasourdis sautaient de leurs tables et s'enfuyaient.

Les images de la bagarre sont devenues virales sur les réseaux sociaux italiens. La police a déclaré qu'elle n'était pas sûre de ce qui avait déclenché la bagarre, mais qu'elle était "probablement liée au désir d'attirer plus de clients", selon The Local.

Les deux restaurants ont été condamnés à fermer pendant 10 et six jours en guise de punition.

Maintenant, le maire Eligio Giardina a adopté un règlement obligeant les restaurateurs à installer des garde-corps délimitant les limites de propriété de leurs restaurants. C'est l'une des nombreuses lois étranges sur les aliments et les boissons dans le monde. Le personnel est toujours autorisé à appeler les touristes de passage, mais ils doivent rester à l'intérieur des grilles. Les restaurants peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu'à 500 euros et fermés jusqu'à cinq jours si leurs employés sortent des files d'attente pour accueillir les clients.


Irlande

Il y a des endroits dans ce monde qui ont une signification particulière pour ses visiteurs. Des endroits qui apportent de la chaleur à leur cœur, un sentiment d'achèvement à leur esprit et unissent leurs âmes avec les personnes partageant les mêmes idées qui recherchent la même thérapie spirituelle. Les musulmans ont la Mecque, les hindous le Gange et les Armstrong à Dublin, en Irlande. Sally et moi nous sommes rencontrés à Dublin lors des célébrations de la Saint-Patrick en 2006. Le 18 mars, nous nous sommes croisés au bar de l'hôtel Arlington et un an plus tard jour pour jour, nous étions devant nos familles en train d'échanger des vœux. Nous avions toujours rêvé de retourner un jour à notre lieu d'introduction mais nous n'avions jamais pensé que le voyage serait possible. Même avec un plan tracé pour parcourir le monde pendant un an, nous savions que le voyage de retour en Irlande était hors de portée. Mais être sur la route pendant une période prolongée fait une chose amusante à votre sens de ce qui est réalisable et de ce qui ne l'est pas (ou est-ce que « fait une chose amusante à votre sens des responsabilités » ?). Avec un léger ajustement à nos plans de voyage (qui serait de prolonger la durée de notre voyage de deux mois et d'inverser notre sens de voyage en retournant les 3/4 du monde du Vietnam à l'Irlande), nous nous sommes retrouvés une fois de plus dans le pays des puissants craique.

La Saint-Patrick est une tradition de fête irlandaise célébrée dans le monde entier. Il est donc logique que des gens du monde entier viennent en Irlande pour le célébrer. En marchant dans la rue, sans doute sur le chemin du pub, vous auriez du mal à ne pas entendre au moins cinq langues différentes. La plupart d'entre eux étant parlés avec une légère insulte au discours bien sûr. Le cœur des festivités se trouve dans le quartier de Temple Bar, mais pratiquement tous les pubs de la ville semblent avoir plus que quelques clients supplémentaires qui savourent des pintes de Guinness.

Après deux jours passés à nous familiariser avec la ville, nous avons sauté dans un train pour Belfast pour la journée. Belfast était une décision de dernière minute. Nous n'avions pas prévu de nous aventurer hors de Dublin et n'avions pas le temps nécessaire pour vraiment découvrir l'Irlande du Nord. Mais nous avons décidé qu'il serait préférable d'avoir un petit aperçu de la région, plutôt que de le considérer comme une non-possibilité. Heureusement, nous y avons réfléchi et avons pris la décision d'aller à Belfast suffisamment à l'avance pour organiser une visite en taxi noir de la ville. La compagnie de taxi est célèbre pour son parcours culturel à travers les différentes forteresses politiques de l'IRA et des zones loyalistes. (Photo de tireurs d'élite et de monuments commémoratifs de l'IRA) Le trajet était extrêmement intéressant et perspicace. Il n'a pas fallu non plus très longtemps à notre chauffeur pour exposer son soutien à l'IRA. Faire tout ce qu'il faut à part dire exactement où il se tenait et clairement continue de se tenir sur la question. Cela s'est solidifié lorsqu'il a insisté avec enthousiasme pour prendre notre photo devant Bobby Sands. La seule photo qu'il a proposé de prendre de nous pendant la visite d'une heure et demie.

L'histoire récente et non oubliée de ces groupes opposés a été mise au premier plan de notre voyage dès que nous avons quitté le taxi pour le centre-ville. Il y a eu une protestation contre la décision de ne pas arborer le drapeau de l'Union Jack certains jours dans le bâtiment de la capitale.

La combinaison du trajet en taxi et des manifestants nous a amenés à interroger visuellement tous les habitants que nous avons rencontrés. En supposant que tous les Irlandais du Nord avaient non seulement une opinion, mais un point de vue clair sur leur position. Nous sommes allés au centre d'information pour demander la meilleure façon de passer nos précieuses heures dans la ville. Sally avait mentionné le match de rugby en Irlande et l'homme s'était moqué dégoûté et avait déclaré que le match anglais était le seul qui comptait. Faisait-il référence à leur classement dans les points ? Le fait que l'Angleterre était toujours en lice pour le championnat. Ou sa déclaration avait-elle un sens plus profond ? Nous ne pouvions pas nous empêcher de nous demander. Nous sommes sortis du centre d'information et nous nous sommes à nouveau perdus dans les rues froides et pluvieuses de Belfast. Nos quatre premières heures dans la ville nous ont donné l'impression d'être dans une bombe à retardement, prête à exploser à tout moment. Nous avons décidé que nous avions besoin d'un verre. Alors que nous tâtonnions avec notre carte et essayions de décider où nous étions et où nous allions. Un gentil homme d'âge moyen a demandé s'il pouvait être utile. Nous lui avons indiqué le bar que nous recherchions et avec le sourire et aucune place au débat, il s'est rapidement dirigé vers le plus vieux pub de Belfast. Il s'est éloigné quatre pâtés de maisons avant de nous déposer à la porte d'entrée et était de retour à propos de sa journée avant que nous puissions lui offrir un verre de remerciement. J'ai réussi à poser quelques questions approfondies sur sa position sur la division passée du pays en jouant l'idiot et en lui demandant sur quoi portaient les protestations. Il m'a parlé de la décision avec le drapeau et m'a rapidement répondu qu'il pensait que les deux drapeaux devraient être hissés. C'est assez idiot si vous me demandez. Ils devraient juste arborer les deux drapeaux, l'Union et le drapeau tricolore. La vie est trop courte pour tous ces ennuis. Et avec cela, notre confiance a été restaurée que la plupart des gens sont intrinsèquement bons. Ce ne sont que les fous qui semblent attirer toute l'attention.

Cette confirmation s'est poursuivie pendant l'heure suivante et trois barres différentes. Hey! Il faisait froid comme de la merde et neige/pleuvait ! Qu'attendiez-vous de nous ?

Notre plan d'attaque du jour de la Saint Patties était simple. Ingérez de grandes quantités d'alcool, buvez de l'eau et n'oubliez pas de manger quelque chose. De cette façon, vous pouvez ingérer des quantités d'alcool encore plus importantes. Une erreur courante des amateurs de festivités débutantes. Nous avions tous les deux été témoins du chaos de la Saint-Patrick à Dublin. Les jours qui ont précédé notre deuxième visite ont été reconfirmés de ce dont cette ville avec cette foule est capable. L'ivresse bâclée était tout autour de nous. Mais nous nous entraînons pour cette journée depuis plus d'un an. Forger nos foies en machines monstres gourmandes en alcool ! Tester la tolérance de notre corps et aller au-delà de ce dont les humains normaux sont capables ! Sans oublier que nous avions nos chaussettes à boire.

Nous savions que la journée se brouillerait et que le souvenir des événements de la journée deviendrait confus. Nous avons donc fait de notre mieux pour prendre une vidéo de chaque bar que nous avons visité. Ce plan d'action a été couronné de succès. . . type de. Après le numéro de barre (?), j'ai perdu tout intérêt et/ou ma capacité à documenter l'occasion.

Quelques vidéos de la St Pattie’s Day

Barre trois (vidéo introuvable)

Partagez ceci :

Comme ça:


Irlande

Il y a des endroits dans ce monde qui ont une signification particulière pour ses visiteurs. Des endroits qui apportent de la chaleur à leur cœur, un sentiment d'achèvement à leur esprit et unissent leurs âmes avec les personnes partageant les mêmes idées qui recherchent la même thérapie spirituelle. Les musulmans ont la Mecque, les hindous le Gange et les Armstrong à Dublin, en Irlande. Sally et moi nous sommes rencontrés à Dublin lors des célébrations de la Saint-Patrick en 2006. Le 18 mars, nous nous sommes croisés au bar de l'hôtel Arlington et un an plus tard jour pour jour, nous étions devant nos familles en train d'échanger des vœux. Nous avions toujours rêvé de retourner un jour à notre lieu d'introduction mais nous n'avions jamais pensé que le voyage serait possible. Même avec un plan tracé pour parcourir le monde pendant un an, nous savions que le voyage de retour en Irlande était hors de portée. Mais être sur la route pendant une période prolongée fait une chose amusante à votre sens de ce qui est réalisable et de ce qui ne l'est pas (ou est-ce que « fait une chose amusante à votre sens des responsabilités » ?). Avec un léger ajustement à nos plans de voyage (qui serait de prolonger la durée de notre voyage de deux mois et d'inverser notre sens de voyage en retournant les 3/4 du monde du Vietnam à l'Irlande), nous nous sommes retrouvés une fois de plus dans le pays des puissants craique.

La Saint-Patrick est une tradition de fête irlandaise célébrée dans le monde entier. Il est donc logique que des gens du monde entier viennent en Irlande pour le célébrer. En marchant dans la rue, sans doute sur le chemin du pub, vous auriez du mal à ne pas entendre au moins cinq langues différentes. La plupart d'entre eux étant parlés avec une légère insulte au discours bien sûr. Le cœur des festivités se trouve dans le quartier de Temple Bar, mais pratiquement tous les pubs de la ville semblent avoir plus que quelques clients supplémentaires qui savourent des pintes de Guinness.

Après deux jours passés à nous familiariser avec la ville, nous avons sauté dans un train pour Belfast pour la journée. Belfast était une décision de dernière minute. Nous n'avions pas prévu de nous aventurer hors de Dublin et n'avions pas le temps nécessaire pour vraiment découvrir l'Irlande du Nord. Mais nous avons décidé qu'il serait préférable d'avoir un petit aperçu de la région, plutôt que de le considérer comme une non-possibilité. Heureusement, nous y avons réfléchi et avons pris la décision d'aller à Belfast suffisamment à l'avance pour organiser une visite en taxi noir de la ville. La compagnie de taxi est célèbre pour son parcours culturel à travers les différentes forteresses politiques de l'IRA et des zones loyalistes. (Photo de tireurs d'élite et de monuments commémoratifs de l'IRA) Le trajet était extrêmement intéressant et perspicace. Il n'a pas fallu non plus très longtemps à notre chauffeur pour exposer son soutien à l'IRA. Faire tout ce qu'il faut à part dire exactement où il se tenait et clairement continue de se tenir sur la question. Cela s'est solidifié lorsqu'il a insisté avec enthousiasme pour prendre notre photo devant Bobby Sands. La seule photo qu'il a proposé de prendre de nous pendant la visite d'une heure et demie.

L'histoire récente et non oubliée de ces groupes opposés a été mise au premier plan de notre voyage dès que nous avons quitté le taxi pour le centre-ville. Il y a eu une protestation contre la décision de ne pas arborer le drapeau de l'Union Jack certains jours dans le bâtiment de la capitale.

La combinaison du trajet en taxi et des manifestants nous a amenés à interroger visuellement tous les habitants que nous avons rencontrés. En supposant que tous les Irlandais du Nord avaient non seulement une opinion, mais un point de vue clair sur leur position. Nous sommes allés au centre d'information pour demander la meilleure façon de passer nos précieuses heures dans la ville. Sally avait mentionné le match de rugby en Irlande et l'homme s'était moqué dégoûté et avait déclaré que le match anglais était le seul qui comptait. Faisait-il référence à leur classement dans les points ? Le fait que l'Angleterre était toujours en lice pour le championnat. Ou sa déclaration avait-elle un sens plus profond ? Nous ne pouvions pas nous empêcher de nous demander. Nous sommes sortis du centre d'information et nous nous sommes à nouveau perdus dans les rues froides et pluvieuses de Belfast. Nos quatre premières heures dans la ville nous ont donné l'impression d'être dans une bombe à retardement, prête à exploser à tout moment. Nous avons décidé que nous avions besoin d'un verre. Alors que nous tâtonnions avec notre carte et essayions de décider où nous étions et où nous allions. Un gentil homme d'âge moyen a demandé s'il pouvait être utile. Nous lui avons indiqué le bar que nous recherchions et avec le sourire et aucune place au débat, il s'est rapidement dirigé vers le plus vieux pub de Belfast. Il s'est éloigné quatre pâtés de maisons avant de nous déposer à la porte d'entrée et était de retour à propos de sa journée avant que nous puissions lui offrir un verre de remerciement. J'ai réussi à poser quelques questions approfondies sur sa position sur la division passée du pays en jouant l'idiot et en lui demandant sur quoi portaient les protestations. Il m'a parlé de la décision avec le drapeau et m'a rapidement répondu qu'il pensait que les deux drapeaux devraient être hissés. C'est assez idiot si vous me demandez. Ils devraient juste arborer les deux drapeaux, l'Union et le drapeau tricolore. La vie est trop courte pour tous ces ennuis. Et avec cela, notre confiance a été restaurée que la plupart des gens sont intrinsèquement bons. Ce ne sont que les fous qui semblent attirer toute l'attention.

Cette confirmation s'est poursuivie pendant l'heure suivante et trois barres différentes. Hey! Il faisait froid comme de la merde et neige/pleuvait ! Qu'attendiez-vous de nous ?

Notre plan d'attaque du jour de la Saint Patties était simple. Ingérez de grandes quantités d'alcool, buvez de l'eau et n'oubliez pas de manger quelque chose. De cette façon, vous pouvez ingérer des quantités d'alcool encore plus importantes. Une erreur courante des amateurs de festivités débutantes. Nous avions tous les deux été témoins du chaos de la Saint-Patrick à Dublin. Les jours qui ont précédé notre deuxième visite ont été reconfirmés de ce dont cette ville avec cette foule est capable. L'ivresse bâclée était tout autour de nous. Mais nous nous entraînons pour cette journée depuis plus d'un an. Forger nos foies en machines monstres gourmandes en alcool ! Tester la tolérance de notre corps et aller au-delà de ce dont les humains normaux sont capables ! Sans oublier que nous avions nos chaussettes à boire.

Nous savions que la journée se brouillerait et que le souvenir des événements de la journée deviendrait confus. Nous avons donc fait de notre mieux pour prendre une vidéo de chaque bar que nous avons visité. Ce plan d'action a été couronné de succès. . . type de. Après le numéro de barre (?), j'ai perdu tout intérêt et/ou ma capacité à documenter l'occasion.

Quelques vidéos de la St Pattie’s Day

Barre trois (vidéo introuvable)

Partagez ceci :

Comme ça:


Irlande

Il y a des endroits dans ce monde qui ont une signification particulière pour ses visiteurs. Des endroits qui apportent de la chaleur à leur cœur, un sentiment d'achèvement à leur esprit et unissent leurs âmes avec les personnes partageant les mêmes idées qui recherchent la même thérapie spirituelle. Les musulmans ont la Mecque, les hindous le Gange et les Armstrong à Dublin, en Irlande. Sally et moi nous sommes rencontrés à Dublin lors des célébrations de la Saint-Patrick en 2006. Le 18 mars, nous nous sommes croisés au bar de l'hôtel Arlington et un an plus tard jour pour jour, nous étions devant nos familles en train d'échanger des vœux. Nous avions toujours rêvé de retourner un jour à notre lieu d'introduction mais nous n'avions jamais pensé que le voyage serait possible. Même avec un plan tracé pour parcourir le monde pendant un an, nous savions que le voyage de retour en Irlande était hors de portée. Mais être sur la route pendant une période prolongée fait une chose amusante à votre sens de ce qui est réalisable et de ce qui ne l'est pas (ou est-ce que « fait une chose amusante à votre sens des responsabilités » ?). Avec un léger ajustement à nos plans de voyage (qui serait de prolonger la durée de notre voyage de deux mois et d'inverser notre sens de voyage en retournant les 3/4 du monde du Vietnam à l'Irlande), nous nous sommes retrouvés une fois de plus dans le pays des puissants craique.

La Saint-Patrick est une tradition de fête irlandaise célébrée dans le monde entier. Il est donc logique que des gens du monde entier viennent en Irlande pour le célébrer. En marchant dans la rue, sans doute sur le chemin du pub, vous auriez du mal à ne pas entendre au moins cinq langues différentes. La plupart d'entre eux étant parlés avec une légère insulte au discours bien sûr. Le cœur des festivités se trouve dans le quartier de Temple Bar, mais pratiquement tous les pubs de la ville semblent avoir plus que quelques clients supplémentaires qui savourent des pintes de Guinness.

Après deux jours passés à nous familiariser avec la ville, nous avons sauté dans un train pour Belfast pour la journée. Belfast était une décision de dernière minute. Nous n'avions pas prévu de nous aventurer hors de Dublin et n'avions pas le temps nécessaire pour vraiment découvrir l'Irlande du Nord. Mais nous avons décidé qu'il serait préférable d'avoir un petit aperçu de la région, plutôt que de le considérer comme une non-possibilité. Heureusement, nous y avons réfléchi et avons pris la décision d'aller à Belfast suffisamment à l'avance pour organiser une visite en taxi noir de la ville. La compagnie de taxi est célèbre pour son parcours culturel à travers les différentes forteresses politiques de l'IRA et des zones loyalistes. (Photo de tireurs d'élite et de monuments commémoratifs de l'IRA) Le trajet était extrêmement intéressant et perspicace. Il n'a pas fallu non plus très longtemps à notre chauffeur pour exposer son soutien à l'IRA. Faire tout ce qu'il faut à part dire exactement où il se tenait et clairement continue de se tenir sur la question. Cela s'est solidifié lorsqu'il a insisté avec enthousiasme pour prendre notre photo devant Bobby Sands. La seule photo qu'il a proposé de prendre de nous pendant la visite d'une heure et demie.

L'histoire récente et non oubliée de ces groupes opposés a été mise au premier plan de notre voyage dès que nous avons quitté le taxi pour le centre-ville. Il y a eu une protestation contre la décision de ne pas arborer le drapeau de l'Union Jack certains jours dans le bâtiment de la capitale.

La combinaison du trajet en taxi et des manifestants nous a amenés à interroger visuellement tous les habitants que nous avons rencontrés. En supposant que tous les Irlandais du Nord avaient non seulement une opinion, mais un point de vue clair sur leur position. Nous sommes allés au centre d'information pour demander la meilleure façon de passer nos précieuses heures dans la ville. Sally avait mentionné le match de rugby en Irlande et l'homme s'était moqué dégoûté et avait déclaré que le match anglais était le seul qui comptait. Faisait-il référence à leur classement dans les points ? Le fait que l'Angleterre était toujours en lice pour le championnat. Ou sa déclaration avait-elle un sens plus profond ? Nous ne pouvions pas nous empêcher de nous demander. Nous sommes sortis du centre d'information et nous nous sommes à nouveau perdus dans les rues froides et pluvieuses de Belfast. Nos quatre premières heures dans la ville nous ont donné l'impression d'être dans une bombe à retardement, prête à exploser à tout moment. Nous avons décidé que nous avions besoin d'un verre. Alors que nous tâtonnions avec notre carte et essayions de décider où nous étions et où nous allions. Un gentil homme d'âge moyen a demandé s'il pouvait être utile. Nous lui avons indiqué le bar que nous recherchions et avec le sourire et aucune place au débat, il s'est rapidement dirigé vers le plus vieux pub de Belfast. Il s'est éloigné quatre pâtés de maisons avant de nous déposer à la porte d'entrée et était de retour à propos de sa journée avant que nous puissions lui offrir un verre de remerciement. J'ai réussi à poser quelques questions approfondies sur sa position sur la division passée du pays en jouant l'idiot et en lui demandant sur quoi portaient les protestations. Il m'a parlé de la décision avec le drapeau et m'a rapidement répondu qu'il pensait que les deux drapeaux devraient être hissés. C'est assez idiot si vous me demandez. Ils devraient juste arborer les deux drapeaux, l'Union et le drapeau tricolore. La vie est trop courte pour tous ces ennuis. Et avec cela, notre confiance a été restaurée que la plupart des gens sont intrinsèquement bons. Ce ne sont que les fous qui semblent attirer toute l'attention.

Cette confirmation s'est poursuivie pendant l'heure suivante et trois barres différentes. Hey! Il faisait froid comme de la merde et neige/pleuvait ! Qu'attendiez-vous de nous ?

Notre plan d'attaque du jour de la Saint Patties était simple. Ingérez de grandes quantités d'alcool, buvez de l'eau et n'oubliez pas de manger quelque chose. De cette façon, vous pouvez ingérer des quantités d'alcool encore plus importantes. Une erreur courante des amateurs de festivités débutantes. Nous avions tous les deux été témoins du chaos de la Saint-Patrick à Dublin. Les jours qui ont précédé notre deuxième visite ont été reconfirmés de ce dont cette ville avec cette foule est capable. L'ivresse bâclée était tout autour de nous. Mais nous nous entraînons pour cette journée depuis plus d'un an. Forger nos foies en machines monstres gourmandes en alcool ! Tester la tolérance de notre corps et aller au-delà de ce dont les humains normaux sont capables ! Sans oublier que nous avions nos chaussettes à boire.

Nous savions que la journée se brouillerait et que le souvenir des événements de la journée deviendrait confus. Nous avons donc fait de notre mieux pour prendre une vidéo de chaque bar que nous avons visité. Ce plan d'action a été couronné de succès. . . type de. Après le numéro de barre (?), j'ai perdu tout intérêt et/ou ma capacité à documenter l'occasion.

Quelques vidéos de la St Pattie’s Day

Barre trois (vidéo introuvable)

Partagez ceci :

Comme ça:


Irlande

Il y a des endroits dans ce monde qui ont une signification particulière pour ses visiteurs. Des endroits qui apportent de la chaleur à leur cœur, un sentiment d'achèvement à leur esprit et unissent leurs âmes avec les personnes partageant les mêmes idées qui recherchent la même thérapie spirituelle. Les musulmans ont la Mecque, les hindous le Gange et les Armstrong à Dublin, en Irlande. Sally et moi nous sommes rencontrés à Dublin lors des célébrations de la Saint-Patrick en 2006. Le 18 mars, nous nous sommes croisés au bar de l'hôtel Arlington et un an plus tard jour pour jour, nous étions devant nos familles en train d'échanger des vœux. Nous avions toujours rêvé de retourner un jour à notre lieu d'introduction mais nous n'avions jamais pensé que le voyage serait possible. Même avec un plan tracé pour parcourir le monde pendant un an, nous savions que le voyage de retour en Irlande était hors de portée. Mais être sur la route pendant une période prolongée fait une chose amusante à votre sens de ce qui est réalisable et de ce qui ne l'est pas (ou est-ce que « fait une chose amusante à votre sens des responsabilités » ?). Avec un léger ajustement à nos plans de voyage (qui serait de prolonger la durée de notre voyage de deux mois et d'inverser notre sens de voyage en retournant les 3/4 du monde du Vietnam à l'Irlande), nous nous sommes retrouvés une fois de plus dans le pays des puissants craique.

La Saint-Patrick est une tradition de fête irlandaise célébrée dans le monde entier. Il est donc logique que des gens du monde entier viennent en Irlande pour le célébrer. En marchant dans la rue, sans doute sur le chemin du pub, vous auriez du mal à ne pas entendre au moins cinq langues différentes. La plupart d'entre eux étant parlés avec une légère insulte au discours bien sûr. Le cœur des festivités se trouve dans le quartier de Temple Bar, mais pratiquement tous les pubs de la ville semblent avoir plus que quelques clients supplémentaires qui savourent des pintes de Guinness.

Après deux jours passés à nous familiariser avec la ville, nous avons sauté dans un train pour Belfast pour la journée. Belfast était une décision de dernière minute. Nous n'avions pas prévu de nous aventurer hors de Dublin et n'avions pas le temps nécessaire pour vraiment découvrir l'Irlande du Nord. Mais nous avons décidé qu'il serait préférable d'avoir un petit aperçu de la région, plutôt que de le considérer comme une non-possibilité. Heureusement, nous y avons réfléchi et avons pris la décision d'aller à Belfast suffisamment à l'avance pour organiser une visite en taxi noir de la ville. La compagnie de taxi est célèbre pour son parcours culturel à travers les différentes forteresses politiques de l'IRA et des zones loyalistes. (Photo de tireurs d'élite et de monuments commémoratifs de l'IRA) Le trajet était extrêmement intéressant et perspicace. Il n'a pas fallu non plus très longtemps à notre chauffeur pour exposer son soutien à l'IRA. Faire tout ce qu'il faut à part dire exactement où il se tenait et clairement continue de se tenir sur la question. Cela s'est solidifié lorsqu'il a insisté avec enthousiasme pour prendre notre photo devant Bobby Sands. La seule photo qu'il a proposé de prendre de nous pendant la visite d'une heure et demie.

L'histoire récente et non oubliée de ces groupes opposés a été mise au premier plan de notre voyage dès que nous avons quitté le taxi pour le centre-ville. Il y a eu une protestation contre la décision de ne pas arborer le drapeau de l'Union Jack certains jours dans le bâtiment de la capitale.

La combinaison du trajet en taxi et des manifestants nous a amenés à interroger visuellement tous les habitants que nous avons rencontrés. En supposant que tous les Irlandais du Nord avaient non seulement une opinion, mais un point de vue clair sur leur position. Nous sommes allés au centre d'information pour demander la meilleure façon de passer nos précieuses heures dans la ville. Sally avait mentionné le match de rugby en Irlande et l'homme s'était moqué dégoûté et avait déclaré que le match anglais était le seul qui comptait. Faisait-il référence à leur classement dans les points ? Le fait que l'Angleterre était toujours en lice pour le championnat. Ou sa déclaration avait-elle un sens plus profond ? Nous ne pouvions pas nous empêcher de nous demander. Nous sommes sortis du centre d'information et nous nous sommes à nouveau perdus dans les rues froides et pluvieuses de Belfast. Nos quatre premières heures dans la ville nous ont donné l'impression d'être dans une bombe à retardement, prête à exploser à tout moment. Nous avons décidé que nous avions besoin d'un verre. Alors que nous tâtonnions avec notre carte et essayions de décider où nous étions et où nous allions. Un gentil homme d'âge moyen a demandé s'il pouvait être utile. Nous lui avons indiqué le bar que nous recherchions et avec le sourire et aucune place au débat, il s'est rapidement dirigé vers le plus vieux pub de Belfast. Il s'est éloigné quatre pâtés de maisons avant de nous déposer à la porte d'entrée et était de retour à propos de sa journée avant que nous puissions lui offrir un verre de remerciement. J'ai réussi à poser quelques questions approfondies sur sa position sur la division passée du pays en jouant l'idiot et en lui demandant sur quoi portaient les protestations. Il m'a parlé de la décision avec le drapeau et m'a rapidement répondu qu'il pensait que les deux drapeaux devraient être hissés. C'est assez idiot si vous me demandez. Ils devraient juste arborer les deux drapeaux, l'Union et le drapeau tricolore. La vie est trop courte pour tous ces ennuis. Et avec cela, notre confiance a été restaurée que la plupart des gens sont intrinsèquement bons. Ce ne sont que les fous qui semblent attirer toute l'attention.

Cette confirmation s'est poursuivie pendant l'heure suivante et trois barres différentes. Hey! Il faisait froid comme de la merde et neige/pleuvait ! Qu'attendiez-vous de nous ?

Notre plan d'attaque du jour de la Saint Patties était simple. Ingérez de grandes quantités d'alcool, buvez de l'eau et n'oubliez pas de manger quelque chose. De cette façon, vous pouvez ingérer des quantités d'alcool encore plus importantes. Une erreur courante des amateurs de festivités débutantes. Nous avions tous les deux été témoins du chaos de la Saint-Patrick à Dublin. Les jours qui ont précédé notre deuxième visite ont été reconfirmés de ce dont cette ville avec cette foule est capable. L'ivresse bâclée était tout autour de nous. Mais nous nous entraînons pour cette journée depuis plus d'un an. Forger nos foies en machines monstres gourmandes en alcool ! Tester la tolérance de notre corps et aller au-delà de ce dont les humains normaux sont capables ! Sans oublier que nous avions nos chaussettes à boire.

Nous savions que la journée se brouillerait et que le souvenir des événements de la journée deviendrait confus. Nous avons donc fait de notre mieux pour prendre une vidéo de chaque bar que nous avons visité. Ce plan d'action a été couronné de succès. . . type de. Après le numéro de barre (?), j'ai perdu tout intérêt et/ou ma capacité à documenter l'occasion.

Quelques vidéos de la St Pattie’s Day

Barre trois (vidéo introuvable)

Partagez ceci :

Comme ça:


Irlande

Il y a des endroits dans ce monde qui ont une signification particulière pour ses visiteurs. Des endroits qui apportent de la chaleur à leur cœur, un sentiment d'achèvement à leur esprit et unissent leurs âmes avec les personnes partageant les mêmes idées qui recherchent la même thérapie spirituelle. Les musulmans ont la Mecque, les hindous le Gange et les Armstrong à Dublin, en Irlande. Sally et moi nous sommes rencontrés à Dublin lors des célébrations de la Saint-Patrick en 2006. Le 18 mars, nous nous sommes croisés au bar de l'hôtel Arlington et un an plus tard jour pour jour, nous étions devant nos familles en train d'échanger des vœux. Nous avions toujours rêvé de retourner un jour à notre lieu d'introduction mais nous n'avions jamais pensé que le voyage serait possible. Même avec un plan tracé pour parcourir le monde pendant un an, nous savions que le voyage de retour en Irlande était hors de portée. Mais être sur la route pendant une période prolongée fait une chose amusante à votre sens de ce qui est réalisable et de ce qui ne l'est pas (ou est-ce que « fait une chose amusante à votre sens des responsabilités » ?). Avec un léger ajustement à nos plans de voyage (qui serait de prolonger la durée de notre voyage de deux mois et d'inverser notre sens de voyage en retournant les 3/4 du monde du Vietnam à l'Irlande), nous nous sommes retrouvés une fois de plus dans le pays des puissants craique.

La Saint-Patrick est une tradition de fête irlandaise célébrée dans le monde entier. Il est donc logique que des gens du monde entier viennent en Irlande pour le célébrer. En marchant dans la rue, sans doute sur le chemin du pub, vous auriez du mal à ne pas entendre au moins cinq langues différentes. La plupart d'entre eux étant parlés avec une légère insulte au discours bien sûr. Le cœur des festivités se trouve dans le quartier de Temple Bar, mais pratiquement tous les pubs de la ville semblent avoir plus que quelques clients supplémentaires qui savourent des pintes de Guinness.

Après deux jours passés à nous familiariser avec la ville, nous avons sauté dans un train pour Belfast pour la journée. Belfast était une décision de dernière minute. Nous n'avions pas prévu de nous aventurer hors de Dublin et n'avions pas le temps nécessaire pour vraiment découvrir l'Irlande du Nord. Mais nous avons décidé qu'il serait préférable d'avoir un petit aperçu de la région, plutôt que de le considérer comme une non-possibilité. Heureusement, nous y avons réfléchi et avons pris la décision d'aller à Belfast suffisamment à l'avance pour organiser une visite en taxi noir de la ville. La compagnie de taxi est célèbre pour son parcours culturel à travers les différentes forteresses politiques de l'IRA et des zones loyalistes. (Photo de tireurs d'élite et de monuments commémoratifs de l'IRA) Le trajet était extrêmement intéressant et perspicace. Il n'a pas fallu non plus très longtemps à notre chauffeur pour exposer son soutien à l'IRA. Faire tout ce qu'il faut à part dire exactement où il se tenait et clairement continue de se tenir sur la question. Cela s'est solidifié lorsqu'il a insisté avec enthousiasme pour prendre notre photo devant Bobby Sands. La seule photo qu'il a proposé de prendre de nous pendant la visite d'une heure et demie.

L'histoire récente et non oubliée de ces groupes opposés a été mise au premier plan de notre voyage dès que nous avons quitté le taxi pour le centre-ville. There was a protest against the decision not to fly the Union Jack flag on particular days at the capital building.

The combination of the cab ride and the protesters caused us to visually interrogate every local we encountered. Assuming that every Northern Irishmen not only had an opinion but a clear side in which they stand. We went into the information center to ask about the best way to spend our precious few hours in the city. Sally had mentioned the Ireland rugby game and the man-made a disgusted scoff and said the English game is the only one that matters. Was he referencing their standings in the points? The fact that England was still in contention for the championship. Or did his statement have a more deep seeded meaning? We couldn’t help but wonder. We exited the information center and once again lost ourselves on the cold and rainy streets of Belfast. Our first four hours in the city caused us to feel like we were in a ticking time bomb, ready to explode at any minute. We decided we needed a drink. As we fumbled with our map and tried to decide where we were and where we were going. A nice middle-aged man asked if he could be of service. We told him the bar we were looking for and with a smile and no room for debate he quickly set off in the direction of the oldest pub in Belfast. He walked out of his way four blocks before he dropped us at the front door and was back about his day before we could offer him a thank you drink. I did manage to squeeze in a few probing questions about his stance on the country’s past divide by playing dumb and asking him what the protests were about. He told me about the decision with the flag and quickly responded that he thinks both flags should be flown. “It’s all pretty silly if you ask me. They should just fly both flags, the Union and the tri-color. Life’s too short for all this trouble.” And with that our confidence was restored that most people are inherently good. It’s just the crazy ones that seem to get all the attention.

This confirmation was continued during the next hour and three different bars. Hey! It was cold as shit and snow/raining! What did you expect from us?

Our Saint Patties day plan of attack was simple. Ingest large quantities of alcohol, drink water, and don’t forget to eat something. That way you can ingest even larger quantities of alcohol. A common mistake by the rookie festivity goers. We had both been witness to the mayhem that is Saint Patrick’s Day in Dublin. The days leading up to our second time around was reconfirmed what this city with this crowd is capable of. Sloppy drunkeness was all around us. But we have been in training for this day for over a year. Forging our livers into alcohol guzzling monster machines! Testing our bodies tolerance and pushing beyond what normal humans are capable of! Not to mention, we had our drinking socks on.

We knew the day would blur and recollection of the days events would become muddled. So we did our best to take a video of every bar we visited. This plan of action was successful . . . kind of. After bar number (?) I lost interest and or ability to document the occasion.

A few videos from St Pattie’s Day

Bar Three (Video Not Found)

Partagez ceci :

Comme ça:


Ireland

There are places in this world that have a special meaning to its visitors. Places that bring warmth to their hearts, a sense of completion to their minds, and unify their souls with the like-minded individuals that seek the same spiritual therapy. The Muslims have Mecca, the Hindus The Ganges River, and the Armstrong’s Dublin, Ireland. Sally and I met in Dublin during the Saint Patrick’s celebrations in 2006. On March 18, we bumped into each other at the Arlington Hotel Bar and a year later to the day we were standing in front of our families exchanging vows. We had always dreamed about one day returning to our place of introduction but we never thought the trip would be possible. Even with a mapped out plan to travel the world for a year, we knew the trip back to Ireland was out of reach. But being on the road for an extended period of time does a funny thing to your sense of what is achievable and what is not (or is that, ‘does a funny thing to your sense of responsibility’?). With a slight adjustment to our travel plans (that would be extending the duration of our trip by two months and reversing our travel direction by flying back 3/4 of the world from Vietnam to Ireland) we found ourselves once again in the land of mighty craic.

Saint Patrick’s day is an Irish holiday tradition that is celebrated all over the world. So it only makes sense that people from all over the world come to Ireland to celebrate it. As you walk down the street, undoubtably on your way to the pub, you would be hard pressed not to hear at least five different languages. Most of them being spoken with a slight slur to the speech of course. The heart of the festivities can be found in the Temple Bar area, but virtually every pub in the city seems to have more than a few extra patrons kicking back pints of Guinness.

After two days of reacquainting ourselves with the city, we hopped a train for Belfast for the day. Belfast was a last-minute decision. We hadn’t planned to venture out of Dublin and didn’t allot the necessary time to truly experience Northern Ireland. But we decided it would be better to get a small taste of the area, rather than write it off as a non-possibility. Thankfully we gave it consideration and made our decision to go to Belfast far enough in advance to arrange a Black Cab Tour of the city. The cab company is famous for its cultural ride through the different political strong holds of the IRA and loyalists areas. (Photo of snipers and IRA memorials) The drive was extremely interesting and insightful. It also didn’t take very long for our driver to expose his support for the IRA. Doing everything short of coming right out with where he stood and clearly continues to stand on the issue. It was solidified when he excitedly insisted on taking our photo in front of Bobby Sands. The only photo he offered to take of us during the hour and a half tour.

The recent and not forgotten history of these opposing groups was thrust into the forefront of our trip as soon as we left the cab for the down town area. There was a protest against the decision not to fly the Union Jack flag on particular days at the capital building.

The combination of the cab ride and the protesters caused us to visually interrogate every local we encountered. Assuming that every Northern Irishmen not only had an opinion but a clear side in which they stand. We went into the information center to ask about the best way to spend our precious few hours in the city. Sally had mentioned the Ireland rugby game and the man-made a disgusted scoff and said the English game is the only one that matters. Was he referencing their standings in the points? The fact that England was still in contention for the championship. Or did his statement have a more deep seeded meaning? We couldn’t help but wonder. We exited the information center and once again lost ourselves on the cold and rainy streets of Belfast. Our first four hours in the city caused us to feel like we were in a ticking time bomb, ready to explode at any minute. We decided we needed a drink. As we fumbled with our map and tried to decide where we were and where we were going. A nice middle-aged man asked if he could be of service. We told him the bar we were looking for and with a smile and no room for debate he quickly set off in the direction of the oldest pub in Belfast. He walked out of his way four blocks before he dropped us at the front door and was back about his day before we could offer him a thank you drink. I did manage to squeeze in a few probing questions about his stance on the country’s past divide by playing dumb and asking him what the protests were about. He told me about the decision with the flag and quickly responded that he thinks both flags should be flown. “It’s all pretty silly if you ask me. They should just fly both flags, the Union and the tri-color. Life’s too short for all this trouble.” And with that our confidence was restored that most people are inherently good. It’s just the crazy ones that seem to get all the attention.

This confirmation was continued during the next hour and three different bars. Hey! It was cold as shit and snow/raining! What did you expect from us?

Our Saint Patties day plan of attack was simple. Ingest large quantities of alcohol, drink water, and don’t forget to eat something. That way you can ingest even larger quantities of alcohol. A common mistake by the rookie festivity goers. We had both been witness to the mayhem that is Saint Patrick’s Day in Dublin. The days leading up to our second time around was reconfirmed what this city with this crowd is capable of. Sloppy drunkeness was all around us. But we have been in training for this day for over a year. Forging our livers into alcohol guzzling monster machines! Testing our bodies tolerance and pushing beyond what normal humans are capable of! Not to mention, we had our drinking socks on.

We knew the day would blur and recollection of the days events would become muddled. So we did our best to take a video of every bar we visited. This plan of action was successful . . . kind of. After bar number (?) I lost interest and or ability to document the occasion.

A few videos from St Pattie’s Day

Bar Three (Video Not Found)

Partagez ceci :

Comme ça:


Ireland

There are places in this world that have a special meaning to its visitors. Places that bring warmth to their hearts, a sense of completion to their minds, and unify their souls with the like-minded individuals that seek the same spiritual therapy. The Muslims have Mecca, the Hindus The Ganges River, and the Armstrong’s Dublin, Ireland. Sally and I met in Dublin during the Saint Patrick’s celebrations in 2006. On March 18, we bumped into each other at the Arlington Hotel Bar and a year later to the day we were standing in front of our families exchanging vows. We had always dreamed about one day returning to our place of introduction but we never thought the trip would be possible. Even with a mapped out plan to travel the world for a year, we knew the trip back to Ireland was out of reach. But being on the road for an extended period of time does a funny thing to your sense of what is achievable and what is not (or is that, ‘does a funny thing to your sense of responsibility’?). With a slight adjustment to our travel plans (that would be extending the duration of our trip by two months and reversing our travel direction by flying back 3/4 of the world from Vietnam to Ireland) we found ourselves once again in the land of mighty craic.

Saint Patrick’s day is an Irish holiday tradition that is celebrated all over the world. So it only makes sense that people from all over the world come to Ireland to celebrate it. As you walk down the street, undoubtably on your way to the pub, you would be hard pressed not to hear at least five different languages. Most of them being spoken with a slight slur to the speech of course. The heart of the festivities can be found in the Temple Bar area, but virtually every pub in the city seems to have more than a few extra patrons kicking back pints of Guinness.

After two days of reacquainting ourselves with the city, we hopped a train for Belfast for the day. Belfast was a last-minute decision. We hadn’t planned to venture out of Dublin and didn’t allot the necessary time to truly experience Northern Ireland. But we decided it would be better to get a small taste of the area, rather than write it off as a non-possibility. Thankfully we gave it consideration and made our decision to go to Belfast far enough in advance to arrange a Black Cab Tour of the city. The cab company is famous for its cultural ride through the different political strong holds of the IRA and loyalists areas. (Photo of snipers and IRA memorials) The drive was extremely interesting and insightful. It also didn’t take very long for our driver to expose his support for the IRA. Doing everything short of coming right out with where he stood and clearly continues to stand on the issue. It was solidified when he excitedly insisted on taking our photo in front of Bobby Sands. The only photo he offered to take of us during the hour and a half tour.

The recent and not forgotten history of these opposing groups was thrust into the forefront of our trip as soon as we left the cab for the down town area. There was a protest against the decision not to fly the Union Jack flag on particular days at the capital building.

The combination of the cab ride and the protesters caused us to visually interrogate every local we encountered. Assuming that every Northern Irishmen not only had an opinion but a clear side in which they stand. We went into the information center to ask about the best way to spend our precious few hours in the city. Sally had mentioned the Ireland rugby game and the man-made a disgusted scoff and said the English game is the only one that matters. Was he referencing their standings in the points? The fact that England was still in contention for the championship. Or did his statement have a more deep seeded meaning? We couldn’t help but wonder. We exited the information center and once again lost ourselves on the cold and rainy streets of Belfast. Our first four hours in the city caused us to feel like we were in a ticking time bomb, ready to explode at any minute. We decided we needed a drink. As we fumbled with our map and tried to decide where we were and where we were going. A nice middle-aged man asked if he could be of service. We told him the bar we were looking for and with a smile and no room for debate he quickly set off in the direction of the oldest pub in Belfast. He walked out of his way four blocks before he dropped us at the front door and was back about his day before we could offer him a thank you drink. I did manage to squeeze in a few probing questions about his stance on the country’s past divide by playing dumb and asking him what the protests were about. He told me about the decision with the flag and quickly responded that he thinks both flags should be flown. “It’s all pretty silly if you ask me. They should just fly both flags, the Union and the tri-color. Life’s too short for all this trouble.” And with that our confidence was restored that most people are inherently good. It’s just the crazy ones that seem to get all the attention.

This confirmation was continued during the next hour and three different bars. Hey! It was cold as shit and snow/raining! What did you expect from us?

Our Saint Patties day plan of attack was simple. Ingest large quantities of alcohol, drink water, and don’t forget to eat something. That way you can ingest even larger quantities of alcohol. A common mistake by the rookie festivity goers. We had both been witness to the mayhem that is Saint Patrick’s Day in Dublin. The days leading up to our second time around was reconfirmed what this city with this crowd is capable of. Sloppy drunkeness was all around us. But we have been in training for this day for over a year. Forging our livers into alcohol guzzling monster machines! Testing our bodies tolerance and pushing beyond what normal humans are capable of! Not to mention, we had our drinking socks on.

We knew the day would blur and recollection of the days events would become muddled. So we did our best to take a video of every bar we visited. This plan of action was successful . . . kind of. After bar number (?) I lost interest and or ability to document the occasion.

A few videos from St Pattie’s Day

Bar Three (Video Not Found)

Partagez ceci :

Comme ça:


Ireland

There are places in this world that have a special meaning to its visitors. Places that bring warmth to their hearts, a sense of completion to their minds, and unify their souls with the like-minded individuals that seek the same spiritual therapy. The Muslims have Mecca, the Hindus The Ganges River, and the Armstrong’s Dublin, Ireland. Sally and I met in Dublin during the Saint Patrick’s celebrations in 2006. On March 18, we bumped into each other at the Arlington Hotel Bar and a year later to the day we were standing in front of our families exchanging vows. We had always dreamed about one day returning to our place of introduction but we never thought the trip would be possible. Even with a mapped out plan to travel the world for a year, we knew the trip back to Ireland was out of reach. But being on the road for an extended period of time does a funny thing to your sense of what is achievable and what is not (or is that, ‘does a funny thing to your sense of responsibility’?). With a slight adjustment to our travel plans (that would be extending the duration of our trip by two months and reversing our travel direction by flying back 3/4 of the world from Vietnam to Ireland) we found ourselves once again in the land of mighty craic.

Saint Patrick’s day is an Irish holiday tradition that is celebrated all over the world. So it only makes sense that people from all over the world come to Ireland to celebrate it. As you walk down the street, undoubtably on your way to the pub, you would be hard pressed not to hear at least five different languages. Most of them being spoken with a slight slur to the speech of course. The heart of the festivities can be found in the Temple Bar area, but virtually every pub in the city seems to have more than a few extra patrons kicking back pints of Guinness.

After two days of reacquainting ourselves with the city, we hopped a train for Belfast for the day. Belfast was a last-minute decision. We hadn’t planned to venture out of Dublin and didn’t allot the necessary time to truly experience Northern Ireland. But we decided it would be better to get a small taste of the area, rather than write it off as a non-possibility. Thankfully we gave it consideration and made our decision to go to Belfast far enough in advance to arrange a Black Cab Tour of the city. The cab company is famous for its cultural ride through the different political strong holds of the IRA and loyalists areas. (Photo of snipers and IRA memorials) The drive was extremely interesting and insightful. It also didn’t take very long for our driver to expose his support for the IRA. Doing everything short of coming right out with where he stood and clearly continues to stand on the issue. It was solidified when he excitedly insisted on taking our photo in front of Bobby Sands. The only photo he offered to take of us during the hour and a half tour.

The recent and not forgotten history of these opposing groups was thrust into the forefront of our trip as soon as we left the cab for the down town area. There was a protest against the decision not to fly the Union Jack flag on particular days at the capital building.

The combination of the cab ride and the protesters caused us to visually interrogate every local we encountered. Assuming that every Northern Irishmen not only had an opinion but a clear side in which they stand. We went into the information center to ask about the best way to spend our precious few hours in the city. Sally had mentioned the Ireland rugby game and the man-made a disgusted scoff and said the English game is the only one that matters. Was he referencing their standings in the points? The fact that England was still in contention for the championship. Or did his statement have a more deep seeded meaning? We couldn’t help but wonder. We exited the information center and once again lost ourselves on the cold and rainy streets of Belfast. Our first four hours in the city caused us to feel like we were in a ticking time bomb, ready to explode at any minute. We decided we needed a drink. As we fumbled with our map and tried to decide where we were and where we were going. A nice middle-aged man asked if he could be of service. We told him the bar we were looking for and with a smile and no room for debate he quickly set off in the direction of the oldest pub in Belfast. He walked out of his way four blocks before he dropped us at the front door and was back about his day before we could offer him a thank you drink. I did manage to squeeze in a few probing questions about his stance on the country’s past divide by playing dumb and asking him what the protests were about. He told me about the decision with the flag and quickly responded that he thinks both flags should be flown. “It’s all pretty silly if you ask me. They should just fly both flags, the Union and the tri-color. Life’s too short for all this trouble.” And with that our confidence was restored that most people are inherently good. It’s just the crazy ones that seem to get all the attention.

This confirmation was continued during the next hour and three different bars. Hey! It was cold as shit and snow/raining! What did you expect from us?

Our Saint Patties day plan of attack was simple. Ingest large quantities of alcohol, drink water, and don’t forget to eat something. That way you can ingest even larger quantities of alcohol. A common mistake by the rookie festivity goers. We had both been witness to the mayhem that is Saint Patrick’s Day in Dublin. The days leading up to our second time around was reconfirmed what this city with this crowd is capable of. Sloppy drunkeness was all around us. But we have been in training for this day for over a year. Forging our livers into alcohol guzzling monster machines! Testing our bodies tolerance and pushing beyond what normal humans are capable of! Not to mention, we had our drinking socks on.

We knew the day would blur and recollection of the days events would become muddled. So we did our best to take a video of every bar we visited. This plan of action was successful . . . kind of. After bar number (?) I lost interest and or ability to document the occasion.

A few videos from St Pattie’s Day

Bar Three (Video Not Found)

Partagez ceci :

Comme ça:


Ireland

There are places in this world that have a special meaning to its visitors. Places that bring warmth to their hearts, a sense of completion to their minds, and unify their souls with the like-minded individuals that seek the same spiritual therapy. The Muslims have Mecca, the Hindus The Ganges River, and the Armstrong’s Dublin, Ireland. Sally and I met in Dublin during the Saint Patrick’s celebrations in 2006. On March 18, we bumped into each other at the Arlington Hotel Bar and a year later to the day we were standing in front of our families exchanging vows. We had always dreamed about one day returning to our place of introduction but we never thought the trip would be possible. Even with a mapped out plan to travel the world for a year, we knew the trip back to Ireland was out of reach. But being on the road for an extended period of time does a funny thing to your sense of what is achievable and what is not (or is that, ‘does a funny thing to your sense of responsibility’?). With a slight adjustment to our travel plans (that would be extending the duration of our trip by two months and reversing our travel direction by flying back 3/4 of the world from Vietnam to Ireland) we found ourselves once again in the land of mighty craic.

Saint Patrick’s day is an Irish holiday tradition that is celebrated all over the world. So it only makes sense that people from all over the world come to Ireland to celebrate it. As you walk down the street, undoubtably on your way to the pub, you would be hard pressed not to hear at least five different languages. Most of them being spoken with a slight slur to the speech of course. The heart of the festivities can be found in the Temple Bar area, but virtually every pub in the city seems to have more than a few extra patrons kicking back pints of Guinness.

After two days of reacquainting ourselves with the city, we hopped a train for Belfast for the day. Belfast was a last-minute decision. We hadn’t planned to venture out of Dublin and didn’t allot the necessary time to truly experience Northern Ireland. But we decided it would be better to get a small taste of the area, rather than write it off as a non-possibility. Thankfully we gave it consideration and made our decision to go to Belfast far enough in advance to arrange a Black Cab Tour of the city. The cab company is famous for its cultural ride through the different political strong holds of the IRA and loyalists areas. (Photo of snipers and IRA memorials) The drive was extremely interesting and insightful. It also didn’t take very long for our driver to expose his support for the IRA. Doing everything short of coming right out with where he stood and clearly continues to stand on the issue. It was solidified when he excitedly insisted on taking our photo in front of Bobby Sands. The only photo he offered to take of us during the hour and a half tour.

The recent and not forgotten history of these opposing groups was thrust into the forefront of our trip as soon as we left the cab for the down town area. There was a protest against the decision not to fly the Union Jack flag on particular days at the capital building.

The combination of the cab ride and the protesters caused us to visually interrogate every local we encountered. Assuming that every Northern Irishmen not only had an opinion but a clear side in which they stand. We went into the information center to ask about the best way to spend our precious few hours in the city. Sally had mentioned the Ireland rugby game and the man-made a disgusted scoff and said the English game is the only one that matters. Was he referencing their standings in the points? The fact that England was still in contention for the championship. Or did his statement have a more deep seeded meaning? We couldn’t help but wonder. We exited the information center and once again lost ourselves on the cold and rainy streets of Belfast. Our first four hours in the city caused us to feel like we were in a ticking time bomb, ready to explode at any minute. We decided we needed a drink. As we fumbled with our map and tried to decide where we were and where we were going. A nice middle-aged man asked if he could be of service. We told him the bar we were looking for and with a smile and no room for debate he quickly set off in the direction of the oldest pub in Belfast. He walked out of his way four blocks before he dropped us at the front door and was back about his day before we could offer him a thank you drink. I did manage to squeeze in a few probing questions about his stance on the country’s past divide by playing dumb and asking him what the protests were about. He told me about the decision with the flag and quickly responded that he thinks both flags should be flown. “It’s all pretty silly if you ask me. They should just fly both flags, the Union and the tri-color. Life’s too short for all this trouble.” And with that our confidence was restored that most people are inherently good. It’s just the crazy ones that seem to get all the attention.

This confirmation was continued during the next hour and three different bars. Hey! It was cold as shit and snow/raining! What did you expect from us?

Our Saint Patties day plan of attack was simple. Ingest large quantities of alcohol, drink water, and don’t forget to eat something. That way you can ingest even larger quantities of alcohol. A common mistake by the rookie festivity goers. We had both been witness to the mayhem that is Saint Patrick’s Day in Dublin. The days leading up to our second time around was reconfirmed what this city with this crowd is capable of. Sloppy drunkeness was all around us. But we have been in training for this day for over a year. Forging our livers into alcohol guzzling monster machines! Testing our bodies tolerance and pushing beyond what normal humans are capable of! Not to mention, we had our drinking socks on.

We knew the day would blur and recollection of the days events would become muddled. So we did our best to take a video of every bar we visited. This plan of action was successful . . . kind of. After bar number (?) I lost interest and or ability to document the occasion.

A few videos from St Pattie’s Day

Bar Three (Video Not Found)

Partagez ceci :

Comme ça:


Ireland

There are places in this world that have a special meaning to its visitors. Places that bring warmth to their hearts, a sense of completion to their minds, and unify their souls with the like-minded individuals that seek the same spiritual therapy. The Muslims have Mecca, the Hindus The Ganges River, and the Armstrong’s Dublin, Ireland. Sally and I met in Dublin during the Saint Patrick’s celebrations in 2006. On March 18, we bumped into each other at the Arlington Hotel Bar and a year later to the day we were standing in front of our families exchanging vows. We had always dreamed about one day returning to our place of introduction but we never thought the trip would be possible. Even with a mapped out plan to travel the world for a year, we knew the trip back to Ireland was out of reach. But being on the road for an extended period of time does a funny thing to your sense of what is achievable and what is not (or is that, ‘does a funny thing to your sense of responsibility’?). With a slight adjustment to our travel plans (that would be extending the duration of our trip by two months and reversing our travel direction by flying back 3/4 of the world from Vietnam to Ireland) we found ourselves once again in the land of mighty craic.

Saint Patrick’s day is an Irish holiday tradition that is celebrated all over the world. So it only makes sense that people from all over the world come to Ireland to celebrate it. As you walk down the street, undoubtably on your way to the pub, you would be hard pressed not to hear at least five different languages. Most of them being spoken with a slight slur to the speech of course. The heart of the festivities can be found in the Temple Bar area, but virtually every pub in the city seems to have more than a few extra patrons kicking back pints of Guinness.

After two days of reacquainting ourselves with the city, we hopped a train for Belfast for the day. Belfast was a last-minute decision. We hadn’t planned to venture out of Dublin and didn’t allot the necessary time to truly experience Northern Ireland. But we decided it would be better to get a small taste of the area, rather than write it off as a non-possibility. Thankfully we gave it consideration and made our decision to go to Belfast far enough in advance to arrange a Black Cab Tour of the city. The cab company is famous for its cultural ride through the different political strong holds of the IRA and loyalists areas. (Photo of snipers and IRA memorials) The drive was extremely interesting and insightful. It also didn’t take very long for our driver to expose his support for the IRA. Doing everything short of coming right out with where he stood and clearly continues to stand on the issue. It was solidified when he excitedly insisted on taking our photo in front of Bobby Sands. The only photo he offered to take of us during the hour and a half tour.

The recent and not forgotten history of these opposing groups was thrust into the forefront of our trip as soon as we left the cab for the down town area. There was a protest against the decision not to fly the Union Jack flag on particular days at the capital building.

The combination of the cab ride and the protesters caused us to visually interrogate every local we encountered. Assuming that every Northern Irishmen not only had an opinion but a clear side in which they stand. We went into the information center to ask about the best way to spend our precious few hours in the city. Sally had mentioned the Ireland rugby game and the man-made a disgusted scoff and said the English game is the only one that matters. Was he referencing their standings in the points? The fact that England was still in contention for the championship. Or did his statement have a more deep seeded meaning? We couldn’t help but wonder. We exited the information center and once again lost ourselves on the cold and rainy streets of Belfast. Our first four hours in the city caused us to feel like we were in a ticking time bomb, ready to explode at any minute. We decided we needed a drink. As we fumbled with our map and tried to decide where we were and where we were going. A nice middle-aged man asked if he could be of service. We told him the bar we were looking for and with a smile and no room for debate he quickly set off in the direction of the oldest pub in Belfast. He walked out of his way four blocks before he dropped us at the front door and was back about his day before we could offer him a thank you drink. I did manage to squeeze in a few probing questions about his stance on the country’s past divide by playing dumb and asking him what the protests were about. He told me about the decision with the flag and quickly responded that he thinks both flags should be flown. “It’s all pretty silly if you ask me. They should just fly both flags, the Union and the tri-color. Life’s too short for all this trouble.” And with that our confidence was restored that most people are inherently good. It’s just the crazy ones that seem to get all the attention.

This confirmation was continued during the next hour and three different bars. Hey! It was cold as shit and snow/raining! What did you expect from us?

Our Saint Patties day plan of attack was simple. Ingest large quantities of alcohol, drink water, and don’t forget to eat something. That way you can ingest even larger quantities of alcohol. A common mistake by the rookie festivity goers. We had both been witness to the mayhem that is Saint Patrick’s Day in Dublin. The days leading up to our second time around was reconfirmed what this city with this crowd is capable of. Sloppy drunkeness was all around us. But we have been in training for this day for over a year. Forging our livers into alcohol guzzling monster machines! Testing our bodies tolerance and pushing beyond what normal humans are capable of! Not to mention, we had our drinking socks on.

We knew the day would blur and recollection of the days events would become muddled. So we did our best to take a video of every bar we visited. This plan of action was successful . . . kind of. After bar number (?) I lost interest and or ability to document the occasion.

A few videos from St Pattie’s Day

Bar Three (Video Not Found)

Partagez ceci :

Comme ça:


Voir la vidéo: Cefalu La Rocca, Sicily (Janvier 2022).